Chercher

Calendrier

octobre 2017
L Ma Me J V S D
« mai    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

14 mai 2005

115.1

Classé dans : B.R., E.R., F.B., J&H.K., N.G. — In Zikh @ 15:02

Dans le paysage ravissant de mes amitiés, Hélène et Françoise, et, à moindre égard (pour autant que je puisse comparer) Betty et Nicole, sont des “pièces” essentielles. Ces femmes si différentes les unes des autres ont pourtant toutes en commun le fait de posséder, entre autres qualités, celles de l’intelligence du coeur et de l’empathie affectueuse, et de les dispenser avec tant de grâce et de discrétion que le bien-être qu’elles prodiguent ainsi semble émaner de l’air qui les entoure.

Je les ai connues en des lieux et des périodes variés de ma vie : Hélène par son mari qui partage cette amitié, Françoise lors d’un contact autrefois professionnel, Betty sur les bancs d’une classe de langues et Nicole par Françoise. Les sentiments d’amitié se sont développés au cours des années nous rapprochant graduellement, tels les fils ténus et irrisés d’une toile d’araignée s’étendant d’un endroit à l’autre, y joignant ceux ou celles qui fréquentent l’un de nous et qui partagent, au-delà d’affinités culturelles, une certaine façon d’être avec les autres : attentive, respectueuse, légère, profonde…

Elles ne sont pas entourées d’un nuage virevoltant d’”hommes célibataires”, ce qui était, par contre, le cas d’Évelyne. Nous crûmes partager des goûts dans bien des domaines, et notre amitié prit rapidement un côté quasi passionnel. Comment elle, qui avait tant d’amis homosexuels, ne pouvait comprendre que je l’étais jusqu’à ce que j’aie à le lui dire, et vivre jusqu’alors (mais aussi après, pendant un temps) dans le fantasme d’une relation que je n’étais pas en mesure de lui offrir ?

J’ai finalement compris que cette femme était restée une enfant, qui, au-delà de côtés pétillants qui ne manquaient pas de charme, était au fond toute tournée sur elle-même et incapable de voir et de comprendre les adultes et leurs relations ; égoïste, ingrate, rancunière et insécure, elle s’entourait d’hommes dont la fonction était soit celle d’une copine complice mais sans la rivalité féminine, soit celle d’un père rassurant qui pouvait l’aider et la soutenir dans ses crises, petites ou grandes, ce que j’ai fait sans compter pendant si longtemps. Ses deux mariages furent des échecs, notre amitié n’y résista pas.


L’amitié et le sacré ont cela de commun qu’ils sont des états de grâce.

• • •
Powered by: WordPress • Template by: Wench • Syndication: RSS