Chercher

Calendrier

octobre 2017
L Ma Me J V S D
« mai    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

9 octobre 2005

189.1

Classé dans : D***, F.B., N.M. — In Zikh @ 14:31

Nancy avait bien des atouts pour me charmer : nous partagions de nombreux domaines d’intérêt, et surtout elle était musicienne. Nous nous étions rencontrés dans un groupe de discussions en marge dans la petite ville universitaire où je faisais mes études et où elle habitait. Je m’attachais de plus en plus, j’en devenais amoureux ; ce fut elle qui me séduisit, et la vierge effarouchée que j’avais été se transforma en un homme comblé, aux anges. Avec les temps, je commençais à mieux connaître Nancy : c’était une femme déterminée, qui savait ce qu’elle voulait de la vie - professionnelle et personnelle. Je ne l’étais pas - je ne le suis toujours pas - et cette attitude commençait à me remplir d’effroi. à la fin de cette année-là, je partis en vacances avec un ami étudiant qui faisait partie du même groupe. Après cet été, je ne revis plus Nancy. J’appris plus tard qu’elle s’était mariée avec cet ami.


C’est durant la soirée chez D*** hier que j’ai ressenti la même impression en revoyant l’ami de Françoise, et, plus tard, dans la voiture qu’il conduisait “comme un pilote de course” (disait-il), avec une détermination monomaniaque, sans aucune considération pour l’autre - ou alors, là où il en montre, pour en sucer la substance et s’en nourrir. Je ne comprends pas l’intérêt qu’il semble avoir pour moi et me montrer les quelques fois où je l’ai vu, et que me reporte Françoise : s’il est venu hier à la soirée chez D***, c’était, m’a-t-elle dit, pour moi voir. J’y ai vu son comportement à l’égard de l’ami de D*** : la même exubérance mais qui me semble si factice. Je ne comprends surtout pas ce qui le lie à Françoise qui n’a rien d’une femme soumise, qui l’a soutenu quand il était dans la mouise, qu’il a rejetée quand il en est sorti, et les revoici ensemble. Serait-elle fascinée par cette détermination ? C’est en entendant ce que disait Jane Fonda de son ex-mari Ted Turner le si puissant et en même temps si fragile comme un enfant qui n’a jamais grandi, que je commence à en apercevoir les contours. Quoi qu’il en soit, ce que j’en vois me fait penser au baiser de la femme-araignée et c’est ce qui m’avait fait fuir Nancy, à regret.

• • •
Powered by: WordPress • Template by: Wench • Syndication: RSS