Chercher

Calendrier

octobre 2017
L Ma Me J V S D
« mai    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

28 mai 2009

4

Classé dans : F.B., S.G. — In Zikh @ 19:36

Je raconte à Françoise qu’il ne pouvait jamais m’assurer du moment et de la durée de nos rencontres, invoquant son besoin de liberté supérieur à tous les autres. Je lui dis que j’interprétais cela comme une volonté absolue de contrôle de notre relation. Elle n’est pas d’accord : selon elle, c’est, à l’inverse, un indécis permanent incapable de contrôler sa vie et ses actes et qui ne doit pas s’aimer. Elle rajoute qu’elle l’avait déjà perçu à la vue de ses photos.


Quand il me racontait comment il appelait très régulièrement son précédent compagnon empêtré dans des relations fugaces et lui disait que faire et ne pas faire, il me semblait que c’était une façon de le contrôler : mais Françoise doit avoir raison. Après tout, ce n’était que des mots dits de très loin, et ils ne se sont pas rencontrés quand il est venu ici.

Curieux écho au livre de Christophe André que je viens d’acheter et de commencer à lire, L’Estime de soi. S’aimer pour mieux vivre avec les autres. . . Même si l’ouvrage ne le fait pas, j’en infère à sa lecture qu’il y aurait une distinction entre l’estime de soi par rapport à l’action (en général - professionnelle, par exemple) et par rapport au relationnel. À creuser. Pour moi.

Il m’avait dit qu’il aimerait passer les dernières années de sa vie en tant que moine. J’aurais dû en tirer les conclusions ici et maintenant : c’est, en fait, ce qu’il était au regard des hommes, du moins ceux qui auraient engagé ses sentiments (en dehors de sa famille). En avait-t-il donc si peur, ou était-il incapable d’en éprouver ? Son côté charmeur n’était-il qu’un moyen de se rassurer, sans plus ?

• • •

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

RSS des commentairesTrackBack URI

Laisser un commentaire

Powered by: WordPress • Template by: Wench • Syndication: RSS